Accueil Qui sommes nous? Glossaire  Actualités
       

Recherche : 
 
 
Ignorer les liens de navigationAnfovi > Innovation et technologie > Conditionnement > Bien gérer ses commandes
Conditionnement
Bien gérer ses commandes

Bien gérer ses commandes

Quelques conseils qui, sous leur apparence basique, peuvent se révéler essentiels.

Les clients sont très sensibles à la rapidité et au soin apporté au traitement de leur commande : de la réception d’une commande à l’expédition des vins, tous les vignerons sont confrontés à la difficile tâche de concevoir une véritable chaîne, où chaque maillon peut représenter une source de réussite ….ou d’erreurs !

Post-it et portables, faux amis

Une première étape clé consiste à sécuriser l’information entre le client et la personne prenant la commande. En ce sens, le téléphone portable est un faux ami. Dans quelle mesure peut-on considérer que l’on sera efficace lors d’un échange sur un portable, alors que l’on est au volant ou sur un salon ? « Les transferts d’appel sur les portables ne représentent pas toujours la solution idéale, indique Laurent Brault, animateur des Bonnes Pratiques. Ils rassurent le vigneron en lui donnant l’illusion qu’il est toujours disponible pour ses clients, mais l’accueil s’en ressent et les commandes se retrouvent sur des post-it avec tous les risques que cela comporte. » C’est pourquoi il est important de ne pas négliger un bon répondeur, doté d’un message clair. Bien sûr, certains clients n’aiment pas les répondeurs, mais ils n’aiment pas plus tomber sur les messageries vocales !

En fait, il faut s’attaquer à la source du problème : la prise de commandes par téléphone est une pratique qu’il faut tendre à proscrire : quantité, qualité, cuvée, millésime, couleur, centilisation, cartonnage, prix, conditionnement spécifique, date et lieu de livraison, etc. : Une commande comporte une foule d’informations qui sont autant de possibilités d’erreurs. L’écrit est un bon moyen d’éviter de mauvaises surprises de part et d’autre. « C’est pourquoi j’engage toujours les vignerons à demander à leurs clients de passer leur commande par écrit. Et lorsque ce n’est pas possible, que ce soit le vigneron qui réalise une confirmation de la commande par fax ou mail pour s’assurer auprès du client que l’on sait bien compris » précise Laurent Brault, animateur des Bonnes Pratiques.

Adapter son délai de livraison

Une autre étape essentielle dans le traitement des commandes : la préparation des expéditions. Une structure de grande taille peut disposer d’un personnel dédié, qui traitera les commandes au jour le jour. Mais pour les plus petites structures, mieux vaut s’organiser en identifiant une ou deux matinées par semaine réservées à la préparation des commandes. Le délai d’expédition sera peut-être allongé de 2 ou 3 jours, mais la qualité du traitement de la commande s’en ressentira, car la personne préparant les commandes sera entièrement à ce qu’elle fait.

C’est pour ces raisons que les formations Bonnes Pratiques accordent une place importante à la gestion des commandes. « Le but n’est pas de dicter une marche à suivre mais plutôt de faire réfléchir les stagiaires sur leurs pratiques et leurs certitudes », souligne Laurent Brault.

Réagir à cet article  
Choisissez votre formation


 

 
 
 
 
 
Espace adhérent
 
 
   www.anfovi.com – Vignerons Indépendants de France - 4. Place Félix Éboué 75583 PARIS - Cedex 12 Plan du site    |    Mentions légales    |    Contact    |